Synthèses

Synthèse de Marguerite

      Pour ma part, le TPE était un travail qui m’a toujours bien plu, malgré le fait qu’il soit obligatoire. Car c’est un sujet que nous choisissons et sur lequel le travail devait être fait de manière autonome. Même si le stress du BAC m’a un peu fait peur au départ.

Pour la formation de notre groupe, nous n’avons pas eu trop à réfléchir. A la suite de la première séance, je savais que me mettre avec Alice et Manon ne pouvait être qu’une bonne chose, tout d’abord par affinité mais aussi pour le travail car nos méthodes de travail se rapprochent beaucoup.

      Durant les premières séances, nous avions eu un peu de mal à choisir notre sujet. Non pas qu’on ne s’entendait pas, mais parce qu’il fallait un sujet qui nous plaise, auquel on accroche vite. Un sujet sur lequel on aurait envie de travailler toute l’année. Nous penchions d’abord plus vers le thème de l’environnement avec Manon.  Mais Alice n’aimant pas énormément et pour faire preuve de plus d’originalité, un sujet nous a finalement mit la puce à l’oreille : Le rire. Manon et Alice était très convaincues par ce sujet, cependant de mon côté j’ai eu quelques réticences du fait qu’il pouvait ne pas paraître très sérieux. Puis après réflexion, et acceptation des professeurs, le sujet était faisable et même plus : nous avions déjà pleins d’idées en tête!

Nous avons décidé de distribuer une sous-partie de chaque partie à chacune d’entre nous, ce que j’ai trouvé très intéressant car comme cela chaque domaine pouvait être traité par l’une de nous.

Toutes les séances se sont bien déroulées dans l’ensemble, malgré quelques coups d’angoisse personnelle autour de la question : Aurions-nous le temps de terminer notre TPE ? Effectivement, les conditions de travail au lycée n’étaient pas toujours faciles pour cause de manque de matériel informatique, ou d’ambiance de travail : ce qui demandait un travail personnel chez nous (qui était plus agréable pour ma part)…

Finalement, quelques retouches suffisent durant la dernière séance pour que notre TPE soit officiellement terminé !

      Ce travail nous a beaucoup apprit sur des choses qui nous paraissent logiques mais qui en fait sont plus compliquées : Et oui, ce n’est pas simplement le fait de sourire que l’on appel rire. Et puis il nous a fait prendre en compte des choses auxquelles nous n’aurions pas pensé telles que des thérapies par le rire existent, ou que dans l’histoire, le rire fut interdit !

De plus, il nous a permis de rencontrer Stéphane qui est clown dans les hôpitaux. Elle m’a beaucoup touchée dans la façon de prendre à cœur son métier, et dans ses paroles les plus émouvantes les unes que les autres. N’est ce pas un des plus beaux métiers du monde que de faire rire un enfant malade ? Si j’avais eu une deuxième vie, j’aurais voulu faire ce métier.

J’ai quand même un regret dans notre TPE, c’est que nous n’avions pas fait d’expérience. Malheureusement, aucunes de celles que nous avions trouvées n’étaient très intéressantes pour enrichir notre travail, et elles n’auraient fait qu’apparaître sans raison.

      Ainsi, ce travail du BAC m’a permis de m’investir totalement dans un sujet pendant une année en allant chercher les détails mais aussi en les synthétisant de manière à ne pas en écrire sans raison. J’ai beaucoup apprécié ce travail d’équipe, et je pense m’y être beaucoup investie.

Synthèse d'Alice

 

       L'épreuve de TPE m'a toujours effrayée : d'abord parce qu'elle compte au baccalauréat, et aussi parce qu'elle s'étale sur toute l'année, ce qui me semblait être difficile à gérer. Notre groupe s'est naturellement constitué, et c'est en premier lieu par affinité que je me suis associée à Marguerite Berro et Manon Déterne, mais aussi pour leur assiduité au travail que je connaissais, ayant déjà travaillé avec elles.

       Quant au sujet, nous avions opté pour traiter l'environnement, mais ce sujet ne m'emballait pas particulièrement, je ne ressentais pas cette petite curiosité en moi qui me poussait à choisir ce sujet. Mes coéquipières, elles, appréciaient plus que moi ce domaine. Nous nous sommes vite rendues compte que l'environnement était un thème maintes fois abordé, laissant ainsi moins de place à l'originalité dont nous voulions faire preuve. En continuant nos recherches, nous sommes tombés sur cet intitulé : « Le rire ». J'ai immédiatement su que ce sujet m'intéresserait énormément et que je pourrais m'y investir. Mes coéquipières étant aussi emballées que moi, nous n'avons donc pas plus hésité. Nous nous sommes approprié l'idée en nommant notre TPE : « Le rire dans tous ses éclats ».

        Dès lors, il nous a fallu trouver la problématique, que nous avons mis beaucoup de temps à élaborer, car nous n'arrivions pas à la formuler bien que nous en avions les idées directrices : nous nous sommes finalement décidées non pas pour une seule, mais plusieurs questions qui feraient office de problématique. Nous avons trouvé notre plan, qui devait à la fois traiter l'Histoire-Géographie, et les Sciences de la Vie et de la Terre. Pour ce faire, nous avons décomposé notre travail en trois parties, où nous abordons les causes, les effets, puis l'évolution du rire et son rôle. Chacune de nous devait s'occuper d'une sous-partie de chaque partie, répartition que nous trouvions intéressante car nous aurions toutes les trois des connaissances sur chaque partie abordée. Je me suis donc occupée des causes physiologiques dans la première partie, de la place du rire à l'hôpital dans la seconde, et pour finir de l'évolution du rire du XXe au XXIe siècle, en approfondissant son rôle critique apparu récemment.

         Ce travail, bien que très intéressant, m'a souvent paru colossal : je pensais que nous n'y arriverons jamais. N'ayant jamais eu à accomplir une tâche de si longue durée, c'était vraiment nouveau pour moi. D'autre part, travailler en groupe, avec des amies qui plus est, peut se révéler tant agréable, qu'une source d'agacement, car nous n'avions jamais partagé une activité de la sorte. Cependant, comme ce sujet m'intéressait, je pense vraiment m'être investie tout au long de l'année, et aujourd'hui je suis contente de tout ce qu'on a pu réaliser. Nous avions l'idée de concevoir un magasine, puis avons finalement opté pour la création d'un site internet auquel nous avons consacré de nombreuses heures, mais une fois de plus c'était un travail qui était plaisant à accomplir, et dont nous sommes aujourd'hui fières.
         De manière générale, ce TPE m'a beaucoup appris : sur notre sujet bien entendu, mais aussi sur le travail de groupe et sur mes propres capacités. Enfin, même si tout cela pouvait me paraître juste une étape obligatoire, j'y ai vraiment pris du plaisir, et ce TPE représente un investissement positif qui m'aura vraiment été utile.

Synthèse de Manon

      Depuis que j'en ai appris l'existence, l'épreuve des TPE obligatoire en première ne m'a jamais vraiment attirée. Pourtant, le sujet pour lequel mes amies Alice Corre et Marguerite Berro, et moi avons opté m'a beaucoup plu, et j'ai donc pu prendre plaisir à le traiter.

      Le choix de notre groupe s'est fait spontanément. Nous sommes trois bonnes amies qui s'entendent bien et nous nous voyions bien réaliser ce travail ensemble. Cependant, en ce qui concerne le choix du sujet, ce fut plus compliqué. Marguerite et moi voulions plutôt traiter un sujet en rapport avec l'environnement, étant très attirées par ce domaine. Quand à Alice, cette idée lui plaisait, mais sans plus, et je remarquai qu'elle n'y serait pas entièrement impliquée. J'avais pensé à des sujets comme les différentes formes d'énergies renouvelables, les écoquartiers, ou encore l'évolution de la notion d'environnement, mais au final, nous trouvions toutes les trois que ces sujets n'étaient pas assez originaux, bien qu'intéressants. Nous nous sommes mises d'accord sur le fait que nous voulions faire quelque chose qui sorte du commun, un sujet moins théorique. Nous avons cherché pendant deux séances et finalement, alors que nous donnions des idées en vrac et nous aidions d'internet pour avoir quelques pistes, nous avons retenu « le rire », que nous avons rebaptisé par la suite « Le rire dans tous ses éclats ».

      Nous nous sommes rapidement emballées, je trouvais ce sujet génial. Nous avons alors commencé, même si nous avions du mal à trouver une problématique. Nous avons réalisé un plan qui traiterait à la fois de biologie et d'histoire-géographie et nous nous sommes départagé le travail en donnant une sous-partie de chaque partie à chacune afin de s'intéresser à chaque domaine, ce qui nous semblait important. J'ai traité les causes psychologiques du rire, ses effets sur l'organisme ainsi que le rire de l'Antiquité au 19ème siècle. La recherche d'idée et la rédaction me plaisaient beaucoup, je pouvais y passer beaucoup de temps sans m'en rendre compte car le sujet m'intéressait et j'apprenais beaucoup de choses dont je n'avais jamais entendu parler. Malheureusement, nous avons trop souvent passé des séances à regarder des sites internet sans vraiment classer toutes les informations qu'ils nous apportaient. Je préférais plutôt travailler chez moi car j'avais beaucoup de mal à me concentrer durant les heures réservées aux TPE au lycée. Nous avons perdu du temps à cause de cela, car je pense qu'il en était de même pour mes deux amies. Souvent, nous nous posions des questions sur le plan (qui a changé plusieurs fois), sur la problématique, ou encore sur le support que nous utiliserions pour présenter notre travail. En fait, les séances de TPE étaient une sorte de réunion durant laquelle nous faisions le point et relisions le travail des autres pour rester cohérentes. Du moins, c'est comme ça que je le voyais. J'ai été un peu angoissée au moment des vacances de décembre car j'avais l'impression que nous étions en retard. Mais finalement nous nous en sommes sorties dans les temps, avec, peut-être, le regret de ne pas avoir réalisé d'expériences scientifiques. C'est sous la forme d'un site internet qui nous plaît beaucoup que nous avons choisi de présenter notre TPE.

      Au final, la réalisation de ce travail m'a appris beaucoup de choses et nous a permis de vivre une expérience enrichissante comme la rencontre avec Stéphane, clown en hôpital et son témoignage en tant que tel. J'ai connu les hauts et les bas du travail en groupe, même lorsqu'il s'agit de bonnes amies, ce qui je pense, est important à vivre et à connaître pour l'avenir.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site